Nous œuvrons pour le financement de la route au Cameroun

Entretien routier : comment on réussit à réduire les coûts

2019-10-29 | Actualité | 74 hits

Grâce à la mini-centrale d'enrobés du ministère des Travaux publics, les travaux de réparation sur l'axe Edéa-Kribi ont coûté environ 100 millions de F contre un milliard, estimé par des entreprises.

Au cours du mois d'octobre 2019, une équipe du ministère des Travaux publics (Mintp), s'est rendue sur l'axe Edéa- Kribi, à l'effet de réceptionner les travaux de réhabilitation engagés au mois de juin 2019. Nature de ces travaux réalisés en urgence : près de 300 nids de poule et des fissurations à boucher, selon des sources au ministère. Pour ce faire, c'est la mini-centrale d'enrobés, un camion acquis il y a quelques mois par le Mintp, qui a été mis à contribution.

Il s'agit en effet d'une unité mobile de fabrication de béton bitumineux servant à constituer la couche de roulement des routes, ceci à moindre coût. Et sur le terrain, son impact a été vérifié sur ce tronçon long d'une centaine de kilomètres. « Près de 300 nids de poules et des fissurations ont été bouchées en 62 jours. Les travaux réalisés ont coûté à l'État seulement 101,8 millions de F, là où certaines entreprises demandaient plus d'un milliard de F », affirme-t- on à la cellule de communication du ministère des Travaux publics, à l'issue des travaux.

Ces importantes économies de budget rentrent en droite ligne des directives du chef de l'Etat concernant la réduction des coûts des travaux d'entretien et de construction des routes au Cameroun. La mini-centrale d'enrobés ainsi utilisée et pilotée par les équipes de la Brigade nationale des travaux en régie, permet d'assurer l'entretien de la couche de roulement endommagée, avec comme autres avantages qu'elle permet d'intervenir plus rapidement pour limiter les dégâts, et limite également les contraintes diverses, notamment celles liées au temps. « Le Mintp qui se lance dans les travaux en régie utilise ses propres équipements et ses propres ressources humaines. Mais il ne s'agit pas ici de se substituer aux entreprises privées », expliquait encore le ministre Emmanuel Nganou Djoumessi, lors d'une descente sur ce chantier au mois de juin 2019. En effet, ce sont 14 personnels du Mintp et du Matgenie qui sont soumis à la tâche. Ils ont suivi une formation dispensée par Edouard Kuete, un ingénieur venu d'Allemagne.

La circulation est donc désormais plus aisée pour les usagers de cette route qui débouche sur la ville de Kribi, très sollicitée pour son caractère touristique, mais désormais également de son ouverture par le port en eaux profondes. Et pour garantir la qualité de la route, Wilfried Sissoko Adol, chef de projet de réhabilitation, affirme que des équipes de veille seront en permanence sur le tronçon afin de maintenir le confort de la circulation.

© Source: Cameroon tribune